Comment (bien) choisir un commissaire-priseur ?

En France, on estime que plus de 500 acteurs se partagent actuellement le marché français des enchères. Près de 300 maisons de ventes seraient installées en province et 116 au sein de la capitale. Le reste des agents travailleraient pour les principales maisons de ventes aux enchères internationales que sont Artcurial, Christies et Sotheby’s.

Afin de vous permettre de trouver le commissaire-priseur qui saura répondre à vos besoin, nous avons élaboré une liste de démarches à accomplir afin de vous assurer que la vente de l’objet en votre possession se déroulera au mieux, selon vos intérêts.

Choisir son commissaire-priseur

1) Identifier plusieurs commissaires-priseurs

Dans un premier temps, que ce soit grâce au bouche-à-oreille ou à une recherche sur internet, identifiez les commissaires-priseurs spécialisés dans la vente du type d’objet que vous avez en votre possession. S’ils ne sont pas eux-mêmes spécialistes du domaine qui vous intéresse, certains commissaires-priseurs dispose d’une équipe aux compétences variées autour d’eux. Il vous faudra donc vous rendre sur le site internet et vous renseignez sur les compétences de chacun. A cette occasion, n’hésitez pas à comparer les avis sur internet.

2) Renseignez-vous sur les dernières ventes réalisées

Avant de solliciter les services d’un commissaire-priseur, renseignez-vous sur les dernières ventes qu’il a organisé et sur le résultat de ces ventes. De la même façon, en consultant les catalogues d’exposition mis à votre disposition sur internet, vous pourrez vérifier la qualité des informations qui sont fournies et ainsi le sérieux de ce professionnel. Le nombre, la cotation, et le type d’objet présents dans le catalogue vous donnerons une idée de l’expérience du commissaire-priseur dans la vente de biens comme le vôtre.

3) Etudier la stratégie marketing

Il est important que la stratégie marketing mise en place par les commissaire-priseurs que vous avez identifié soit conforme à vos besoins et à vos attentes. La plupart des commissaires-priseurs utilisent aujourd’hui les outils digitaux pour attirer le plus de monde possible à leur vente. Certains sont également en contact avec des acheteurs potentiels pour des pièces très particulières. N’hésitez donc pas à leur demander s’il ont dans leur carnet d’adresse un client qui serait intéressé par votre pièce pour une vente de gré à gré.

4) S’assurer de la qualification du personnel

Pour que la vente de l’objet en votre possession soit réussie, il est impératif de se renseigner sur l’agrément et la certification du personnel en consultant l’annuaire de la Chambre National des Commissaire Priseur Judiciaires (CNCPJ), ou en réclamant une copie du certificat de bon accomplissement de stage délivré par le Conseil des ventes. Cela vous permettra de vérifier que le professionnel soit parfaitement tenu au courant de toutes les règles et réglementations en vigueur.

5) Participer à des ventes

Une fois que vous avez réduit la liste des commissaires-priseurs qui vous intéresse, nous vous suggérons de participer à l’une de leur vente aux enchères. Cette initiative vous permettra de réaliser une dernière comparaison entre les commissaires-priseurs de votre votre short list. Vous verrez ainsi quel est celui qui attire le plus de monde, possède la plus grande expertise et parvient le mieux à faire monter les enchères.

6) Mettre en concurrence plusieurs agents

Afin que votre objet soit vendus dans les meilleurs conditions, il peut être utile de consulter plusieurs commissaires-priseurs et de les mettre en concurrence. Vous pouvez vous déplacer chez ces professionnel ou les inviter à réaliser un inventaire à votre domicile, cela pourra leur permettre de vous donner une fourchette de prix. Opérer de cette façon vous donnera également l’opportunité d’évaluer plusieurs propositions. Lors d’une vente aux enchères plusieurs éléments (frais de transport, estimation, date de la vente, etc.) peuvent faire évoluer la part qui sera remise au vendeur. Vous pourrez ensuite négocier les honoraires de mise en vente qui peuvent varier entre 6% et 18%.

7) Envisager des enchères en ligne.

Si l’on exclu Ebay, les commissaires-priseurs sont de plus en plus nombreux aujourd’hui a proposer un service sérieux de mise aux enchères en ligne. Débarrassés des contraintes géographiques, beaucoup sont les acheteurs qui font de nouvelles acquisitions sur internet. L’avantage de ce type de vente est leur rapidité et leur sécurité. Ces enchères ont cependant une limite dans le temps et, si le prix de réserve n’est pas atteint, l’objet sera vendu de façon traditionnelle.

Le rôle du commissaire-priseur.

Le commissaire-priseur est un officier ministériel nommé par décret du garde des Sceaux. Au quotidien, son rôle consiste à estimer la valeurs des biens qu’on lui soumet avant de réaliser un catalogue de vente, d’organiser la publicité de l’événement, d’exposer ces biens et d’en assurer la vente lors d’enchères publiques ou de gré à gré. Les commissaires-priseurs prennent aussi en charge les inventaires de succession, l’expertise des biens mobiliers et immobiliers, et celle des objets d’art. Ils s’occupent également de l’organisation des ventes et de la gestion des inventaires judiciaires.

Le métier de commissaire-priseur requiert de nombre qualité : connaissances juridiques, culture artistique, sens de l’organisation, charisme, sens du relationnel, ressources psychologiques et passion pour l’art et son histoire. Par ailleurs, le marché de l’art est constamment soumis au phénomène de mode et à une grande volatilité, les commissaires-priseurs doivent donc se tenir informés des tendances du marché.

L’animation des ventes aux enchères est un art en lui-même. Certains commissaires-priseurs l’envisage comme un spectacle, une pièce de théâtre. Le professionnel doit retenir l’attention des acheteurs en instaurant le bon rythme et en faisant parfois preuve d’humour. Cette mise en scène est nécessaire pour mettre à l’aise les acheteurs et pour instaurer un climat de compétition entre eux. Le rôle du commissaire-priseur est d’inciter les acheteurs à dépasser les limites qu’ils s’étaient fixé en terme de prix.

3 Maison de vente : notre sélection

1) Pierre Cornette de Saint-Cyr

Pierre Cornette de Saint-Cyr est un marchand d’art et un commissaire-priseur français qui jouit une grande renommée dans le marché de l’art. Il a ouvert sa maison de vente aux enchères en 1973 et a été rejoint, il y a quelques années, par ses deux fils, Bertrand et Arnaud. Depuis 2011, il est membre du conseil d’administration de la SAS Palais de Tokyo.
Son travail lui a valu de recevoir, en 2009, le Prix de l’Excellence française.

2) Marc-Arthur Kohn

Marc-Arthur Kohn est un commissaire-priseur diplômé de l’Ecole du Louvre très apprécié sur la place parisienne. Il a ouvert sa première étude à Bourg-en-Bresse, puis la seconde en 1995, à Paris, sur l’avenue Matignon. Ce commissaire-priseur est très attaché au savoir-faire français et défend le rôle des commissaires-priseurs de province dans le marché de l’art. Marc-Arthur Kohn fait partie du comité restreint Maurice Utrillo (expertise et authentification).

3) Art Valorem : Sabine Sourdoire et Myrtille Dumonteil

Art Valorem a été fondée en 2007 par deux femmes commissaires-priseurs, Sabine Sourdoire et Myrtille Dumonteil. Ces deux femmes, installées dans le 9è arrondissement de Paris sont connus pour avoir fait l’objet de plusieurs articles et pour avoir participé à des programmes télévisés liés à l’art. Depuis 2016, cette équipe féminine a à cœur de soutenir des ventes caritatives comme celle au profit de l’Institut Curie.