Comment se lancer dans l’entrepreneuriat en ligne ?

Beaucoup de jeunes entrepreneurs sont contraints d’abandonner leur projet. Fauté d’étude de marché, de plan d’action solide, ils sont confrontés à la réalité du marché et abandonnent rapidement. Mais certaines pratiques peuvent éviter d’en arriver là.

#Déterminer sa cible. Arrêtez de vous perdre : non, la cible ce n’est pas « tout le monde ». Il est impossible de viser « tout le monde ». Bien sûr, le sujet que vous abordez peut intéresser tout le monde, mais l’angle avec le quel vous choisirez de l’aborder n’enchantera pas un bon nombre de personnes. Si vous abordez par exemple le sujet du développement personnel, vous devriez pouvoir intéresser une majorité d’individus. Mais la réalité en sera toute autre. Certains pourraient se montrer plus orientés vers la confiance en sois, d’autres vers la gestion du stress, ou encore sur l’amélioration de leur image… bref, il est essentiel de sélectionner son public en amont, et ce, le plus finement possible. La bonne méthode consisterait alors à partir d’un point de vue global : voulez-vous touchez les adolescents, les personnes âgées, les PME, les organisations non gouvernementales… ? Après cette première caractérisation, veillez à affiner leurs caractéristiques : âge, environnement de vie, situation socio-politique, fonctions… L but est de savoir où trouver votre public. Vous ne pouvez pas avoir une cible jeune, citadine, de 18 à 30 ans, et aller faire votre publicité dans une maison de retraite. Ce serait contre-indicatif, ou bien, la concrétisation d’une stratégie bien ficelée, sinon, vous courez à votre propre perte ! Vous devez donc recenser les endroits où se trouve votre public cible.

#Vendre ce que son public veut. Quand on monte son entreprise, on a souvent tendance à vouloir vendre ce que l’on aime ou ce que l’on pense être bon. Mais attention : ce que l’on pense être bon n’est pas forcément ce que recherche notre auditoire. « Fais ce que tu aimes et tu n’auras pas à travailler, et sûrement tu réussiras » : choisissez de développer un domaine que vous maitrisez et que vous appréciez. Ainsi, votre crédibilité se verra grandir, de même que votre audience d’ailleurs.

Pour plus d’informations.

En revanche, du point de vu du produit que vous souhaitez vendre, les choses se compliquent : il faut mettre le client en première ligne ! C’est lui qui déterminera la résistance de votre entreprise su internet, sa rentabilité. C’est lui qui vous apportera du chiffre. Si vous choisissez d’ignorez ce public, vous risquez de le voir s’en aller rapidement, ce dernier ne trouvant pas ce qu’il recherche, même si vous abordez le sujet qui l’intéresse ! Offrez à vos clients ce qu’ils attendent de vous, et non ce que vous pensez qu’ils attendent. Pour cela, songez à mettre en place des stratégies pour demander directement à votre public ce qu’il recherche

#Récolter les adresses des prospects. Vous devez songer à récolter les adresses des potentiels clients qui vous visitent, c’est comme cela que vous pourrez les recontacter par la suite et leur proposer vos produits. Utilisez pour cela des auto-répondeurs de qualité.

#Investir dans son business. Qu’il s’agisse d’un business traditionnel ou en ligne, il y a un effort financier à faire. En effet, avant de se lancer, il faut être conscient qu’il y aura de l’investissement à faire pour la réussite de votre entreprise. Utilisez les meilleurs outils, pas forcément les gratuits, pour le développement de votre business.

#Créer des partenariats. Une des stratégies est d’utiliser l’audience des autres, une audience en adéquation avec votre public cible. C’est pourquoi vous devrez travailler main dans la main avec les autres afin de développer vos business respectifs.

Comment accroitre sa présence sur internet ?

Comment accroître sa présence sur internet ?

En ces temps de pandémie et de confinement successifs, quoi de plus actuel que de parler visibilité sur le net ? À l’heure où beaucoup de marques, sociétés et autres entreprises se mettent au commerce en ligne, apprenez à vous imposer et à vous faire une place au travers de la digitalisation des commerces !

La présence sur les réseaux sociaux.

Pour vous faire connaître du plus grand nombre, impossible de passer outre les réseaux sociaux ! Cependant, inutile de vous lancer tête baissée dans le monde cruel des réseaux sociaux. Il est important de réfléchir à l’image, aux valeurs et au objectifs que vous souhaiter transmettre au plus grand nombre. Il vous d’ailleurs au préalable définir votre cible. Privilégiez les réseaux de type « professionnels », cela viendra parfaire votre image et vous donner d’avantage de crédibilité. Vos futurs clients sont probablement sur LinkedIn et Viadéo par exemple ! Instagram peut s’avérer être une excellente vitrine, qui n’a pas Instagram aujourd’hui ? Une fois ses réseaux créer, il est indispensable d’entretenir ces pages et d’y poster régulièrement du contenu intéressant et varié. Optez pour des contenus et des posts assez ciblé et à votre image, vous permettant ainsi de séduire le public que vous ciblez.

Pour booster votre visibilité, la création d’un blog professionnel peut aussi être une bonne option. Là encore, la régularité devra être votre maître mot. Pensez à 1 article par semaine par exemple. Cette régularité vous permettra d’acquérir des habitués, comme une sorte de « fanbase », qui attendra vos posts avec impatience ! Une fois cette « communauté » créée, entretenez le lien. Un commentaire ? Likez le ! On vous mentionne ? Repostez ! On vous follow ? Follow back ! Vous l’aurez compris, il s’agit ici de créer du lien, de se montrer proche et disponible auprès des internautes. Répondez aux messages qui vous sont envoyés, faites des questions/réponses… Bref, interagissez !

La newsletter !

Une fois par semaine, allez-y de votre créativité donnez de vos nouvelles à travers une newsletter. Attention en revanche de ne pas surcharger cette dernière de démarchage commercial, au risque d’y perdre des plûmes et des abonné(e)s ! Informez par exemple les destinataires de cette newsletter des dernières évolutions de votre entreprise, des nouveautés, de votre actualité en somme. La newsletter est aussi un bon moyen pour faire connaître ses réseaux sociaux. Glissez à la fin de celle-ci tous vos réseaux, ça fait son petit effet et vous apporte, à tous les coups, quelques followers en plus.

La gratuité pour attirer…

Qui ne serait pas séduit par une offre gratuite ? Quelque soit celle que vous pouvez/souhaitez proposer, faites-le savoir ! Dans votre newsletter par exemple, et aussi sur vos réseaux sociaux. Le but de la démarche est alors de capter l’attention des internautes, de les retenir et d’effectuer un premier contact avec eux. Plus facile dès lors de maintenir le lien. Cela suscitera aussi la curiosité des internautes qui ne vous connaissent pas encore. Pensez par exemple aux webinaires, ils sont gratuits et ont fait leur preuve ! C’est ainsi que vous allez élargir votre audience, pouvoir démontrer votre expertise et évidemment avoir la possibilité de communiquer avec quelques dizaines de personnes à la fois.

Agir dans la « vraie vie » pour se développer sur le net.

Quand on pense popularité sur internet, on pense blog, réseaux sociaux… Mais cet effort se travail aussi IRL (in real life) ! À chaque fois que vous aurez l’occasion d’échanger sur votre entreprise, glissez dans la conversation vos sites et réseaux sociaux à promouvoir. Les réseaux sociaux s’imposent alors comme un moyen de garder le contact. Des petits flyers ou une petite carte à donner peuvent être une bonne idée.

Se faire recommander.

Quoi de mieux que le bouche à oreille pour faire connaître son business ? Attendre que l’on vous recommande peut être une option, surtout si vos services procurent satisfaction auprès de vos clients. Il ne vous faudra pas attendre bien longtemps dans ce cas pour vous faire connaître. Mais demander à être recommandé n’est pas une mauvaise idée non plus. Sur le terrain des réseaux sociaux, vous pouvez par exemple demander à vos adeptes de vous taguer/mentionner dans un poste ou une story. Quoi de plus idéal pour votre business que d’être conseillé et recommandé par des clients satisfaits ?

Savoir comment bien choisir un commissaire-priseur

Comment (bien) choisir un commissaire-priseur ?

En France, on estime que plus de 500 acteurs se partagent actuellement le marché français des enchères. Près de 300 maisons de ventes seraient installées en province et 116 au sein de la capitale. Le reste des agents travailleraient pour les principales maisons de ventes aux enchères internationales que sont Artcurial, Christies et Sotheby’s.

Afin de vous permettre de trouver le commissaire-priseur qui saura répondre à vos besoin, nous avons élaboré une liste de démarches à accomplir afin de vous assurer que la vente de l’objet en votre possession se déroulera au mieux, selon vos intérêts.

Choisir son commissaire-priseur

1) Identifier plusieurs commissaires-priseurs

Dans un premier temps, que ce soit grâce au bouche-à-oreille ou à une recherche sur internet, identifiez les commissaires-priseurs spécialisés dans la vente du type d’objet que vous avez en votre possession. S’ils ne sont pas eux-mêmes spécialistes du domaine qui vous intéresse, certains commissaires-priseurs dispose d’une équipe aux compétences variées autour d’eux. Il vous faudra donc vous rendre sur le site internet et vous renseignez sur les compétences de chacun. A cette occasion, n’hésitez pas à comparer les avis sur internet.

2) Renseignez-vous sur les dernières ventes réalisées

Avant de solliciter les services d’un commissaire-priseur, renseignez-vous sur les dernières ventes qu’il a organisé et sur le résultat de ces ventes. De la même façon, en consultant les catalogues d’exposition mis à votre disposition sur internet, vous pourrez vérifier la qualité des informations qui sont fournies et ainsi le sérieux de ce professionnel. Le nombre, la cotation, et le type d’objet présents dans le catalogue vous donnerons une idée de l’expérience du commissaire-priseur dans la vente de biens comme le vôtre.

3) Etudier la stratégie marketing

Il est important que la stratégie marketing mise en place par les commissaire-priseurs que vous avez identifié soit conforme à vos besoins et à vos attentes. La plupart des commissaires-priseurs utilisent aujourd’hui les outils digitaux pour attirer le plus de monde possible à leur vente. Certains sont également en contact avec des acheteurs potentiels pour des pièces très particulières. N’hésitez donc pas à leur demander s’il ont dans leur carnet d’adresse un client qui serait intéressé par votre pièce pour une vente de gré à gré.

4) S’assurer de la qualification du personnel

Pour que la vente de l’objet en votre possession soit réussie, il est impératif de se renseigner sur l’agrément et la certification du personnel en consultant l’annuaire de la Chambre National des Commissaire Priseur Judiciaires (CNCPJ), ou en réclamant une copie du certificat de bon accomplissement de stage délivré par le Conseil des ventes. Cela vous permettra de vérifier que le professionnel soit parfaitement tenu au courant de toutes les règles et réglementations en vigueur.

5) Participer à des ventes

Une fois que vous avez réduit la liste des commissaires-priseurs qui vous intéresse, nous vous suggérons de participer à l’une de leur vente aux enchères. Cette initiative vous permettra de réaliser une dernière comparaison entre les commissaires-priseurs de votre votre short list. Vous verrez ainsi quel est celui qui attire le plus de monde, possède la plus grande expertise et parvient le mieux à faire monter les enchères.

6) Mettre en concurrence plusieurs agents

Afin que votre objet soit vendus dans les meilleurs conditions, il peut être utile de consulter plusieurs commissaires-priseurs et de les mettre en concurrence. Vous pouvez vous déplacer chez ces professionnel ou les inviter à réaliser un inventaire à votre domicile, cela pourra leur permettre de vous donner une fourchette de prix. Opérer de cette façon vous donnera également l’opportunité d’évaluer plusieurs propositions. Lors d’une vente aux enchères plusieurs éléments (frais de transport, estimation, date de la vente, etc.) peuvent faire évoluer la part qui sera remise au vendeur. Vous pourrez ensuite négocier les honoraires de mise en vente qui peuvent varier entre 6% et 18%.

7) Envisager des enchères en ligne.

Si l’on exclu Ebay, les commissaires-priseurs sont de plus en plus nombreux aujourd’hui a proposer un service sérieux de mise aux enchères en ligne. Débarrassés des contraintes géographiques, beaucoup sont les acheteurs qui font de nouvelles acquisitions sur internet. L’avantage de ce type de vente est leur rapidité et leur sécurité. Ces enchères ont cependant une limite dans le temps et, si le prix de réserve n’est pas atteint, l’objet sera vendu de façon traditionnelle.

Le rôle du commissaire-priseur.

Le commissaire-priseur est un officier ministériel nommé par décret du garde des Sceaux. Au quotidien, son rôle consiste à estimer la valeurs des biens qu’on lui soumet avant de réaliser un catalogue de vente, d’organiser la publicité de l’événement, d’exposer ces biens et d’en assurer la vente lors d’enchères publiques ou de gré à gré. Les commissaires-priseurs prennent aussi en charge les inventaires de succession, l’expertise des biens mobiliers et immobiliers, et celle des objets d’art. Ils s’occupent également de l’organisation des ventes et de la gestion des inventaires judiciaires.

Le métier de commissaire-priseur requiert de nombre qualité : connaissances juridiques, culture artistique, sens de l’organisation, charisme, sens du relationnel, ressources psychologiques et passion pour l’art et son histoire. Par ailleurs, le marché de l’art est constamment soumis au phénomène de mode et à une grande volatilité, les commissaires-priseurs doivent donc se tenir informés des tendances du marché.

L’animation des ventes aux enchères est un art en lui-même. Certains commissaires-priseurs l’envisage comme un spectacle, une pièce de théâtre. Le professionnel doit retenir l’attention des acheteurs en instaurant le bon rythme et en faisant parfois preuve d’humour. Cette mise en scène est nécessaire pour mettre à l’aise les acheteurs et pour instaurer un climat de compétition entre eux. Le rôle du commissaire-priseur est d’inciter les acheteurs à dépasser les limites qu’ils s’étaient fixé en terme de prix.

3 Maison de vente : notre sélection

1) Pierre Cornette de Saint-Cyr

Pierre Cornette de Saint-Cyr est un marchand d’art et un commissaire-priseur français qui jouit une grande renommée dans le marché de l’art. Il a ouvert sa maison de vente aux enchères en 1973 et a été rejoint, il y a quelques années, par ses deux fils, Bertrand et Arnaud. Depuis 2011, il est membre du conseil d’administration de la SAS Palais de Tokyo.
Son travail lui a valu de recevoir, en 2009, le Prix de l’Excellence française.

2) Marc-Arthur Kohn

Marc-Arthur Kohn est un commissaire-priseur diplômé de l’Ecole du Louvre très apprécié sur la place parisienne. Il a ouvert sa première étude à Bourg-en-Bresse, puis la seconde en 1995, à Paris, sur l’avenue Matignon. Ce commissaire-priseur est très attaché au savoir-faire français et défend le rôle des commissaires-priseurs de province dans le marché de l’art. Marc-Arthur Kohn fait partie du comité restreint Maurice Utrillo (expertise et authentification).

3) Art Valorem : Sabine Sourdoire et Myrtille Dumonteil

Art Valorem a été fondée en 2007 par deux femmes commissaires-priseurs, Sabine Sourdoire et Myrtille Dumonteil. Ces deux femmes, installées dans le 9è arrondissement de Paris sont connus pour avoir fait l’objet de plusieurs articles et pour avoir participé à des programmes télévisés liés à l’art. Depuis 2016, cette équipe féminine a à cœur de soutenir des ventes caritatives comme celle au profit de l’Institut Curie.

Pascal Robaglia

Pascal Robaglia : Quand les arts et la technologie font la paire

Les arts et la technologie font une collaboration harmonieuse en cette période de Fêtes. Pascal Robaglia, galeriste, nous apprend en effet qu’un partenariat a été mis en place entre Huawei Philippines et Fort Bonifacio Development Corp (FBDC).

Les arts et la technologie associées

Huawei a récemment lancé deux nouvelles plateformes de diffusion vidéo en continu aux Philippines, VIDPluz et Clipz. Elles seront utilisées dans le cadre de la célébration de la « Saison de la Passion » de la FBDC à Bonifacio Global City (BGC) à Taguig City. La campagne a rassemblé des amateurs de musique, d’art et de gastronomie à travers une série d’activités dans tout le quartier commercial pour marquer la saison de Noël.

« Nous cherchons délibérément des partenaires pour ajouter de la valeur à la célébration. Nous avons choisi Huawei parce que 50% de notre marché est composé de millénaires. C’est une marque qui peut marier le monde en ligne et le monde mobile.  » a déclaré Sean Luarca, directeur marketing de la FBDC, lors d’une récente interview au siège social de Huawei à BGC.

« Nous allons avoir une série d’événements jusqu’en janvier. Nous aurons une fiesta, un spectacle de lumières et de sons tous les jours. Mais aussi des pièces musicales, nous aurons même un compte à rebours du Nouvel An » a-t-elle partagé. Avant d’ajouter « Huawei serait présent tout au long de la célébration pour fournir la composante vidéo des événements. » Pascal Robaglia, approuve. Trop méconnues, ces « fêtes méritent plus de lumières ».

« S’il y a un événement, la célébration se prolongera bien au-delà de l’événement. Nous le faisons pour nos concitoyens. Ils peuvent faire l’expérience de ce qui se passe dans nos centres commerciaux, avec le confort de leur propre maison », explique Luarca. « Sur place aussi, ils offriront des zones d’expérience, et ils vont adapté leur activité en fonction de ce que le centre commercial célèbre ».

Nouvelles plateformes vidéo

VIDPlus est une application de service de Streaming vidéo pour les contenus longs tels que les films. CLIPZ, quant à lui, est pour les vidéos plus courtes. Actuellement, les deux plateformes ne sont compatibles qu’avec les appareils Android, de préférence Huawei. Charlie Dong, directeur du compte chez Huawei Philippines, a déclaré que CLIPZ avait « des milliers de courtes vidéos. Y compris des séries sur la cuisine, les sports extrêmes et les voyages ». Le catalogue de centaines de films de VIDPlus se compose principalement de « films d’élite chinois, y compris des films de kung-fu », a-t-il ajouté.

Le Chef de l’hébergement Huawei Philippines, Ken Liang, a également révélé qu’en dehors de la version de l’application, une version Web des deux plates-formes peuvent être utilisés avec un navigateur Chrome. « La principale différence avec les autres plateformes est notre programme abordable. Il y a aussi beaucoup de contenu généré par les utilisateurs « , explique-t-il. « Ce n’est que le début  » a déclaré Liang. Il encourage les utilisateurs à vérifier les applications quotidiennement parce que » le nouveau contenu est téléchargé chaque jour. Pour Pascal Robaglia, l’utilisation de ces applications est un bon compromis pour diffuser l’art philippin.

Ces raisons qui devraient vous pousser à utiliser l’informatique…!

Informatique

Pourquoi utiliser l’informatique ?

Vous savez que l’informatisation ne consiste pas à faire à la machine ce qu’on faisait à la main. Mais à aborder les questions autrement, à proposer d’autres solutions rendues possibles par l’outil informatique. Vous recherchez la collaboration d’un professionnel pour vous aider à prendre les bonnes décisions ? Nous sommes présents pour vous aider. Voici pourquoi nous vous serons utiles.

 

L’illusion de l’informatique

L’ordinateur ne fait pas l’informatique. Utiliser son PC comme une machine à écrire et un minitel ne signifie pas être informatisé.

Exemples :

  • Illusion : passer quatre heures à copier/coller, ajuster et présenter des morceaux de tableaux Excel pour produire un rapport de vos ventes.
  • Informatisation : passer une seconde à appuyer sur le bouton de reporting pour produire le même résultat, en mieux.
  • Illusion : ouvrir un courrier type dans le traitement de texte, recopier les coordonnées du client, supprimer les paragraphes qui ne correspondent pas à son cas, imprimer, mettre sous enveloppe, poster.
  • Informatisation : ouvrir la fiche du client, cliquer sur un bouton, et dire au client de vérifier sa messagerie dans dix secondes.

 

Sa réalité

Avec une approche professionnelle de l’informatique :

  • Gagnez du temps.
  • Réduisez les coûts.
  • Augmentez la qualité.
  • Lancez un nouveau produit ou service.
  • Automatisez des tâches fastidieuses et répétitives.